En pratiquant la bipédie, l'humain a libéré ses mains.
Leur premier usage fut la préhension,
ce qui libéra la mâchoire de cette tâche,
et donc la pression musculaire crânienne dûe à cette tâche,
ce qui permit à la boite cranienne de se développer et aux yeux de se rapprocher pour enfin voir correctement ce que les mains font.

Ph.Reclus
Pensée en Herbe
Dans le jardin sauvage
Mai, fleur en beauté


Ph.Reclus
LES CHRONIQUES RECLUSIENNES
Protected by Copyscape Online Copyright Checker